Retour au ski

Ce cadre pour le développement des protocoles de retour au jeu de la COVID-19 est offert pour aider les divisions et les clubs à modifier leurs activités afin de respecter les différentes mesures de santé publique en place au Canada. Il s’agit d’un cadre de haut niveau. Il vous donnera des objectifs à atteindre, et non la façon d’y arriver.

Nous vous encourageons à utiliser ce cadre pour élaborer un protocole de retour au jeu qui satisfait les besoins de votre organisation et respecte les consignes en place là où vous êtes. Étant donné que certaines divisions ont créé un cadre spécifique à leur province ou territoire, les clubs doivent vérifier auprès de leur division avant de rédiger un protocole de retour au jeu.

Le cadre est présenté en plusieurs sections. Comme certaines sections s’appliquent à toutes les circonstances, comme les programmes pour les jeunes et les compétitions, veuillez lire toutes les sections pour déterminer lesquelles s’appliquent à vous. La présente version date du 20 septembre 2020 et peut être mise à jour au besoin. Votre protocole doit évoluer en même temps que les exigences.

Travaillons ensemble en tant qu’une grande Équipe Canada pour recommencer à pratiquer le sport que nous aimons en toute sécurité.

Cadre pour le développement des protocoles de retour au ski de la COVID-19

Votre protocole aborde-t-il chacune des consignes et meilleures pratiques suivantes?

Gouvernance
  • Les activités de l’organisation membre respectent les consignes émises par le gouvernement du Canada, la santé publique et toute autorité en place dans la juridiction
  • Les participants sont adéquatement enregistrés conformément à la politique d’adhésion et toutes les exigences du Manuel de l’assuré sont respectées.
Santé personnelle
  • Toute personne faisant partie de l’environnement de ski de fond a les informations et les outils pour constamment surveiller sa santé et réagir en conséquence.
  • Les participants ont reçu un questionnaire de dépistage quotidien (remarque : plusieurs juridictions offrent un questionnaire en ligne).
  • Les participants savent qu’ils doivent immédiatement quitter les lieux s’ils présentent des symptômes et contacter la santé publique s’il y a lieu.
  • Toute personne faisant partie de l’environnement de ski de fond sait quand et comment suivre les consignes d’auto- isolement.
  • On demande aux participants de respecter une distance de 2 mètres entre chaque personne en tout temps. S’il est impossible de maintenir la distance de 2 m, ils portent un masque non médical et/ou un couvre-visage.
  • Les participants savent quand et comment laver leurs mains ou ont accès à un désinfectant pour les mains.
  • Toute personne qui présente un risque élevé d’infection à la COVID-19 est soutenue lorsque possible pour appliquer des mesures supplémentaires pour se protéger, assurant ainsi un environnement inclusif et sécuritaire.
  • Toute personne inquiète par rapport à son niveau de risque doit consulter un professionnel de la santé. Des informations sur les personnes vulnérables sont disponibles pour consultation.
  • L’outil d’auto-évaluation des symptômes COVID-19 du gouvernement du Canada est disponible à des fins de référence.
Éducation sur l’hygiène
  • L’organisation a communiqué ses attentes et des consignes concernant l’hygiène, la désinfection et l’éloignement physique.
  • Les pratiques de désinfection respectent les lignes directrices du gouvernement du Canada pour désinfecter les surfaces dures.
  • De l’équipement de protection individuelle (ÉPI) et des produits désinfectants sont disponibles.
  • Une formation sur la façon d’utiliser ces produits est offerte et leur usage est documenté (quoi, quand, par qui).
Éducation sur les pratiques en matière de santé
  • L’organisation a consulté les autorités de santé publique concernées pour comprendre s’il était possible de reprendre les activités et de rouvrir les installations en toute sécurité.
  • Le personnel et les participants savent reconnaître les symptômes de COVID-19 et connaissent les mesures à appliquer si des symptômes sont identifiés. La formation est offerte et documentée (quoi, quand, par qui).
  • Le personnel et les participants savent qu’ils doivent maintenir une distance de 2 mètres entre eux en tout temps. S’il est impossible de maintenir la distance de 2 m, ils savent qu’ils doivent porter un masque non médical et/ou un couvre- visage.
  • L’organisation ne prend aucun risque inutile. Le personnel et les participants utilisent leur bon sens pour éviter les situations qui présentent des risques excessifs ou peuvent potentiellement demander l’intervention du personnel d’urgence ou entraîner des contacts physiques. Cette règle s’applique à toutes les activités, incluant les séances d’entraînement, les camps et les activités intérieures et extérieures.
  • Les athlètes et les entraîneurs surveillent de près la santé des athlètes. Les meilleures pratiques comprennent, sans s’y limiter, la mise à jour et l’observation d’un journal d’entraînement avec les mesures de santé appropriées (p. ex., Rusko, suivi du sommeil, échelle de santé de 1 à 10, niveau d’énergique, fatigue mentale).
Pavillons
  • Une signalisation est affichée à l’extérieur du pavillon et aux entrées pour indiquer les protocoles de COVID-19 en place.
  • Une signalisation est affichée dans le pavillon et dans les toilettes pour encourager le lavage des mains et l’hygiène respiratoire.
  • Plusieurs stations de désinfection pour les mains sont disponibles pour les participants.
  • Les consignes locales par rapport à l’utilisation des installations sont respectées (p. ex., pavillons, salle d’équipe et salle de fartage, toilettes). Dans plusieurs juridictions, ces installations doivent rester fermées ou peuvent ouvrir seulement s’il est possible d’améliorer les protocoles d’hygiène et de désinfecter les lieux entre chaque utilisation.
  • Les aires communes et à usage fréquent font l’objet d’une attention particulière.
  • Les surfaces et les objets partagés comme les comptoirs, les tables, les terminaux de carte de crédit, les poignées de porte, les téléphones et les stylos sont désinfectés entre chaque utilisation.
  • La fréquence de nettoyage est documentée dans un journal.
Opérations de club
  • Les options de paiement sans contact sont utilisées et les paiements en argent comptant sont évités.
  • Une seule personne met à jour les tableaux blancs, les tableaux d’affichage et les conditions météorologiques.
  • Les participants ne peuvent se rassembler.
  • La taille des groupes ne dépasse pas le nombre permis par les directives locales.
  • Les abreuvoirs sont désactivés ou recouverts.
  • Les tables de pique-nique ou toute autre aire commune pour s’asseoir sont évitées ou désinfectées entre chaque utilisation.
  • Les poubelles sont recouvertes ou retirées et on demande aux participants de rapporter leurs déchets à la maison.
  • Toutes les activités de club respectent les consignes locales, incluant, sans s’y limiter, les AGA, les réunions du conseil d’administration, les collectes de fonds, les locations d’installations et les compétitions. L’accès aux groupes prioritaires est recommandé.
Sécurité en milieu de travail
  • Les employeurs sont responsables de la sécurité du personnel. Des conditions de travail sécuritaires sont assurées. Les employés connaissent leurs droits par rapport aux lois du travail et aux droits de l’homme.
  • Un plan de communication est en place pour informer les employés des situations en lien avec le milieu de travail. Il est utile d’avoir un groupe de travail pour surveiller régulièrement les changements et les protocoles.
  • Un programme de dépistage quotidien permet de s’assurer que tous les employés sont en état de participer. Plusieurs juridictions offrent des questionnaires de dépistage quotidien en ligne.
  • Les réunions ont lieu par téléphone ou en ligne lorsque possible.
  • L’équipement du personnel est attribué afin d’éviter le partage.
  • Les horaires et l’usage des lieux permettent de respecter l’éloignement physique. Les postes de travail sont désinfectés au cours de la journée et entre chaque utilisateur.
Entraînements et athlètes
  • Les athlètes voyagent seulement avec des personnes habitant à la même adresse. Ils évitent le transport en commun.
  • Un seul stationnement sur deux est utilisé pour permettre de respecter l’éloignement physique.
  • Un registre des participants est tenu.
  • « Arrivez, entraînez-vous, partez. » Les athlètes arrivent prêts pour l’entraînement et ne se rassemblent pas à l’arrivée ou au départ.
  • Les athlètes ne se regroupent pas, incluant dans les stationnements et les stades.
  • Les participants connaissent les règlements et les restrictions du document CSA Directives pour la formation à distance pendant la pandémie COVID-19.
  • Les équipements et les surfaces sont désinfectés entre les utilisateurs ou non partagés.
  • Les équipements de club, les skis, les bottes ou autres pièces d’équipement sont assignés à un seul skieur pendant toute la durée d’application des mesures de santé publique et tenus à l’écart des autres skieurs et de leur équipement (c.-à-d. rapportés à la maison).
  • Les réunions d’équipe ont lieu en ligne.
  • Les navettes en voiture (p. ex., entraînements de ski à roulettes en côte) ne sont pas utilisées pendant les entraînements.
  • La nourriture et les breuvages ne sont pas partagés.
  • Les effets personnels (p. ex., téléphone, gants, casque) et l’équipement d’entraînement (p. ex., balles, cordes) ne sont pas partagés ou touchés.
  • Les groupes d’entraînement restent toujours les mêmes d’une séance à l’autre. Cette mesure permet de réduire le risque de contamination croisée d’un groupe d’athlètes à un autre.
  • Les groupes d’entraînement restent toujours les mêmes d’une séance à l’autre. Cette mesure permet de réduire le risque de contamination croisée d’un groupe d’athlètes à un autre.
  • Les séances d’entraînement n’ont pas lieu en même temps au même endroit ou un espace suffisant sépare les groupes.
  • Lorsque possible, les séances d’entraînement ont lieu dehors. La plupart des juridictions ont des consignes additionnelles pour les activités intérieures.
Camps
  • Les camps de plus d’un jour sont évités, à moins que l’hébergement, le transport et les repas ne soient organisés en respectant les protocoles de santé et sécurité.
  • Pour les camps hors région, l’outil de gestion et d’atténuation des risques À nous le podium est utilisé. Une attention particulière est portée pour choisir l’emplacement du camp ainsi que les raisons pour lesquelles vous y participez, ainsi que pour prévenir tous les risques pour votre groupe et la communauté dans laquelle vous allez.
Courses à sec
  • Départs individuels seulement.
  • Les puces électroniques ne sont pas utilisées. Les temps sont calculés par les athlètes eux-mêmes ou par l’entraîneur avec un chronomètre.
  • Les dossards ne sont pas partagés.
Entraînement
  • Les lignes directrices du sport sécuritaire sont respectées lors de tous les entraînements, qu’ils soient en personne ou physiques.
  • Les entraîneurs envisagent de porter un masque pour toutes les séances d’entraînement.
  • Les entraînements sont structurés de façon à maintenir l’éloignement physique en tout temps.
  • Les heures d’arrivée et de départ des athlètes sont décalées pour limiter les rassemblements.
  • Les séances d’entraînement sont préparées d’avance en tenant compte des capacités de chacun des athlètes et pour réduire la congestion.
  • Les consignes et instructions de l’entraînement sont communiquées avant l’arrivée sur les lieux de l’entraînement.
  • Les instructions sur place sont limitées et permettent aux participants de maintenir l’éloignement physique.
  • Les profils de risque individuels (p. ex., athlètes, entraîneurs, bénévoles) ont été évalués pour déterminer si les objectifs peuvent être atteints sans entraînement de groupe.
Programmes d’apprentissage technique (Jeannot Lapin, Jackrabbit, En piste)
  • Les participants doivent remplir un questionnaire de dépistage avant chaque entraînement.
  • Les protocoles de débarquement et d’embarquement facilitent le respect de la distanciation physique.
  • Un registre des participants est tenu pour faciliter la recherche des contacts.
  • Les aires à achalandage élevé sont nettoyées régulièrement.
  • Le partage d’équipement est limité. Lorsque le partage est inévitable, l’équipement est nettoyé entre les utilisateurs.
  • La taille des groupes est limitée selon les directives fédérales et provinciales/territoriales et les politiques de club.
  • Des plans sont en place pour maintenir une distance de deux mètres entre les participants, le personnel et les bénévoles.
  • Pour les groupes avec des jeunes enfants qui ont de la difficulté à respecter la distanciation physique, une distance de deux mètres est maintenue entre les groupes d’enfants.
  • En considérant l’âge et l’habileté et pour maintenir la distanciation physique, les espaces sont suffisamment grands pour le nombre de personnes qui les utilisent et la façon dont ils les utilisent.
  • Les consignes par rapport au port de masques non médicaux sont respectées. Dans la plupart des cas, les masques non médicaux (MNM) ou les couvre-visages en tissu ne sont pas nécessaires dans les endroits récréatifs extérieurs lorsqu’il est possible de maintenir la distanciation physique. Cependant, l’utilisation de MNM est recommandée s’il est impossible ou difficile de maintenir la distanciation physique et si l’épidémiologie locale et la transmission communautaire le justifient. Les cache-cou (p. ex., chamois) sont une bonne option.
  • Les participants doivent porter leurs gants ou leurs mitaines. Lorsqu’ils les enlèvent, ils doivent se laver les mains ou utiliser un désinfectant au besoin.
  • Les groupes sont divisés en plus petits groupes au besoin. Il y a assez de meneurs pour le nombre de groupes et d’enfants.
  • Si possible, les enfants restent avec les mêmes entraîneurs ou bénévoles tous les jours.
  • Les horaires sont décalés pour limiter le nombre de participants présents en même temps.
  • Les pauses individuelles pour aller à la salle de bain sont préférées aux pauses en groupe tout en maintenant la supervision requise.
  • Une politique de « non-partage » de la nourriture et des breuvages est en place, incluant les repas de type « potluck ». Les enfants/jeunes doivent apporter des bouteilles d’eau remplies et leurs propres collations.
  • La durée des entraînements tient compte de l’accès restreint ou inexistant aux espaces intérieurs/aires d’échauffement.
  • Une personne désignée est responsable de superviser la sécurité concernant le coronavirus et d’assurer une bonne communication.
Compétitions/course (protocoles de l’Association canadienne des sports d’hiver)

Considérations pour les organisateurs et les installations

  • Un coordonnateur COVID-19 est désigné pour : communiquer avec les responsables de la santé publique, superviser et effectuer le suivi des formulaires de vérification des symptômes et les attestations, conserver les coordonnées de tous les participants, créer un système de notification en cas de résultat positif et élaborer des plans de remplacement pour le personnel et les bénévoles.
  • Les formations et les réunions des entraîneurs, des capitaines d’équipe, des bénévoles et du personnel des compétitions sont tenues virtuellement lorsque possible.
  • Les réunions qui sont difficiles à tenir virtuellement (p. ex., réunion de jury) sont réalisées en respectant la distanciation physique et à l’extérieur si possible.
  • Les protocoles de test pour la mitigation des risques en coupe du monde de la FIS sont suivis (bien qu’ils ne soient pas exigés au niveau national, ils sont considérés comme les meilleures pratiques à suivre).
  • Les compétitions locales avec des participants des mêmes régions sont favorisées pour diminuer ou éliminer le besoin de nuitées à l’extérieur et/ou des voyages en avion.
  • Les compétitions intraclub avec des athlètes qui sont déjà en contact sont encouragées.
  • Des nouveaux formats de compétition sont explorés pour garder les compétitions locales intéressantes.
  • Les cas actuels de COVID-19 sont évalués dans la communauté (et les communautés d’où viennent les participants).
  • Les contacts entre les participants de clubs différents sont interdits ou éliminés le cas échéant.
  • La distanciation physique est maintenue en tout temps en limitant la taille de la compétition.
  • Une attention particulière est donnée aux aires à achalandage élevé, notamment : l’aire de départ, l’aire d’arrivée, les départs de masse, les installations utilisées pour se changer, manger et s’échauffer avant les départs et les vagues de sprint, etc.
  • Les visiteurs non essentiels, les spectateurs et les bénévoles sont limités ou interdits.
  • L’inscription se fait exclusivement en ligne.
  • L’équipement partagé (p. ex., équipement vidéo, radios d’équipe, perceuses, râteaux) est nettoyé et désinfecté avant, pendant et après la compétition.
  • Le transfert d’équipement de compétition entre personne (p. ex., dossards) est limité ou interdit. Les dossards en papier sont préférables. Si des dossards en tissu sont utilisés, ils sont manipulés et nettoyés selon les protocoles de sécurité en place.
  • Les personnes considérées comme à risque, comme les adultes âgés et les personnes souffrant de conditions sous-jacentes, ou ceux qui vivent ou sont en contact régulier avec des personnes dans ces catégories, ne participent pas ou participent de façon très limitée avec des contrôles rigoureux.

Considération préparticipation pour les participants

  • Tous les participants sur place, incluant, sans s’y limiter, les athlètes, les entraîneurs et les bénévoles, remplissent un questionnaire de dépistage quotidien. Pour plus de protection, les formulaires doivent être collectés de façon électronique et conservés par les organisateurs de la compétition.
  • Les participants arrivent sur les lieux de la compétition changés et prêts à s’entraîner ou à courser.
  • Les installations communes comme les vestiaires ne sont pas utilisées.
  • Les participants apportent leur propre bouteille d’eau remplie et autre équipement au besoin. Le partage de nourriture, d’eau ou d’autres articles n’est pas permis.
  • Les participants apportent un sac refermable pour ranger leurs effets personnels.
  • L’équipement d’équipe/des installations est désinfecté avant, pendant et après la compétition ou la séance d’entraînement ou aussi souvent que raisonnable.
  • Les participants utilisent de l’équipement de protection individuel (ÉPI) : couvre-visage, gants, désinfectant pour les mains, lingettes et savon antibactérien.
  • Les activités d’échauffement ont lieu à l’extérieur, là où il est possible de maintenir la distanciation physique.
  • Les activités de fartage ont lieu à l’extérieur ou à l’intérieur dans un espace bien ventilé en respectant la distanciation physique en tout temps.
  • Les clôtures sont manipulées avec soin.

Considération de la piste pendant l’inspection, les entraînements et la compétition

  • La distanciation physique est maintenue en tout temps, particulièrement dans les aires communes comme les salles de fartage ou dans les installations publiques entre les courses et/ou les vagues.
  • Les contacts rapprochés sont interdits entre les participants de différents clubs et le personnel de compétition.
  • Les masques non médicaux ou couvre-visage (p. ex., chamois) sont portés en tout temps, surtout lorsque les participants ne sont pas sur le parcours. Remarque : Les athlètes n’ont pas à porter un couvre-visage lorsqu’ils sont sur la piste, mais on les encourage à le porter lorsqu’ils sont sur la piste en présence d’autres athlètes.
  • L’utilisation non nécessaire des espaces intérieurs est interdite ou très limitée.
  • Les temps d’inspection et d’entraînement par club/équipe sont assignés.
  • Les heures de départs sont décalées par club/équipe ou d’autres protocoles sont en place pour limiter les contacts entre les clubs/équipes.
  • Il est interdit de traîner dans l’aire d’arrivée.

Considérations après la compétition

  • Les cérémonies de remise de prix sont virtuelles ou grandement modifiées en limitant les spectateurs et les entraîneurs et ont lieu dans le respect des mesures de distanciation physique.
  • Le transfert d’objets de personne à personne (p. ex., les prix) est évité.
  • Les coordonnées du coordonnateur de COVID-19 sont affichées sur l’avis de course et le site Web de la compétition en cas de test positif dans les 48 heures suivant la fin de la compétition.